LES ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF

LES  ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF

Grand Evènement de Paris 8 du 2 au 6 mai 2022

 Amphi de la Maison de la Recherche – Université Paris 8 -Vincennes

LES ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF sont organisés la semaine du 2 mai au 6 mai 2022, dans l’Amphi de la Maison de la recherche de l’Université Paris 8-Vincennes autour des théories critiques et des Epistémologies du Sud en présence des chercheurs et des chercheures du Centre d’Etudes Sociales de l’Université de Coimbra (Portugal). Portés par l’UMR CNRS LADYSS de Paris 8-Vincennes, Saint-Denis, dans le cadre de l’Université Coopérative Internationale, installée au Campus Condorcet (LUCI) et l’Ecole Doctorale de Sciences Sociales de Paris 8, les ateliers sont organisés autour de la remise du titre de Docteur Honoris Causa à  Boaventura De Sousa Santos (le 4 mai) qui est à la fois individuelle, mais aussi un évènement collectif, institutionnel et épistémologique qui s’inscrit dans les traditions critiques de l’Université de Paris 8-Vincennes.

LES ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF sont organisés sous formes d’ateliers de rencontres avec les étudiants et étudiantes (en matinée) et des tables rondes autour des travaux fondateurs des Epistémologies du Sud initiés par Boaventura De Sousa Santos et son équipe du Centre d’Etudes Sociales de l’Université de Coimbra (Portugal) (en après-midi). Les ateliers sont ancrés dans les Epistémologies du Sud qui sont un ensemble de connaissances académiques, de savoirs, d’expériences de recherches qui cherchent à reconnaître et valider scientifiquement les savoirs et pouvoirs produits par ceux et celles qui ont subi les injustices, l’oppression et la domination causées par les souverainetés épistémiques du «Nord Global », le colonialisme, le capitalisme et par les hétéro-patriarcats. Elles valorisent les savoirs qui ont résisté avec succès à tous dispositifs d’invisibilisations qu’ils soient scientifiques, géopolitiques, extractivistes, discriminants. Elles visent le développement de la justice cognitive.

LES ATELIERS de la fin de l’empire COGNITIF ont pour volonté de participer à une alternative scientifique par la reconnaissance de la première source des injustices qui est l’épistémologie de la recherche, première source des inégalités sociales.  En effet, si, la critique passe par l’étude des dispositifs qui ont conduit à dévaloriser, ignorer, réduire au silence les autres formes de savoirs construits par le « Nord Global », nous repréciserons les conséquences de cette hégémonie de la science occidentale qui sont très concrètes pour les populations invisibilisées, autant par des conceptualisations, méthodologies, des universels qui subalternisent les connaissances, les savoirs écologiques et les expériences des invisibilisés et invisibilisées.

Dans la mesures où, ces injustices cognitives existent partout, sous des formes variées, autant dans l’usage social et politique des résultats de la recherche issus de cette hégémonie que dans leurs usages dans les prises de décisions politiques, les ateliers ont aussi pour objectif de faire advenir une réflexion collective sur les dimensions épistémologiques des connaissances, savoirs et expériences nécessaires pour créer de nouvelles stratégies alternatives de formations à la recherche par la recherche alternative avec les étudiants qui auront à faire face aux défis climatiques, pandémiques et démocratiques. Cette réflexion collective est d’ores et déjà initiée dans le cadre d’un projet de doctorat international de santé publique critique, ancré dans les théories critiques et des Epistémologies du Sud porté par l’ED Sciences sociales de l’Université de Paris 8-Vincennes, le CES de l’Université de Coimbra et des universités sénégalaises (L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal)

Les ateliers sont, autant, co organisés par des chercheurs et chercheures de l’équipe du CES de l’Université de Coimbra et des chercheurs et chercheures (en présentiel et à distance) à l’international qui ont participé à la construction des Epistémologies du Sud. Les ateliers sont, aussi, co- construits avec les étudiants et étudiantes dans des espaces de dialogue, issus de leurs réflexions et travaux dont l’objectif est de résister, par des alternatives de recherches et d’actions, aux inégalités épistémiques, culturelles, sociales, économiques, les différentes discriminations, les patriarcats apparemment dépourvues d’alternatives.

Direction du comité scientifique : Jacqueline Descarpentries, UMR CNRS LADYSS Paris8, Université de Paris 8- Vincennes

Renseignement et inscription : lucisiegesocial@univ-paris8.fr

Les ateliers sont en présentiel et à distance. Les liens zoom sont présentés à la fin du programme ci-dessous.

LUNDI 2 MAI 2022

 

14H30-14H50 OUVERTURE DES ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF

Jacqueline Descarpentries

UMR CNRS LADYS Paris 8-Vincennes

14H50 -15H20 CONFERENCE INAUGURALE PAR BOAVENTURA DE SOUSA SANTOS

LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF

15 H20-15H 40 Baptiste GODRIE

Professeur, École de travail social, Université de Sherbrooke (Canada) (en ZOOM)

Directeur scientifique, Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux (IUPLSSS)

 

 Recherches participatives et justice cognitive : pour une science ouverte, juste et pluriverselle.

15H40-16H10 Geoffrey PLEYERS

Chercheur au FNRS, Professor of Sociology at UCLouvain, (Belgique) (en ZOOM)

Vice-Président for Research, International Sociological Association

 

Epistémologies du Sud: maintenir le lien entre sciences sociales et mouvements sociaux

16H15-16H30 PAUSE
16H30-16H 50 JEAN-LOUIS LAVILLE, Chercheur au CNAM, Paris ( France)

 

Vers une nouvelle théorie critique avec les épistémologies du Sud

16H 50-17H20 Angeles CASTAÑO, Anthropologue, Université de Séville (Espagne) (en ZOOM) Traduction Francis MERINO

Le migrant dans le paradoxe des conceptions humanitaires euro-centrées, utopiques et dangereuses.

17 h 20-18H00 DEBATS ANIMES par Boventura De SOUSA SANTOS.

LES ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF

MARDI 3 MAI 2022

L’atelier du 3 mai, partie d’une séquence de divers ateliers dédiés aux Epistémologies du Sud, sera centré sur les enjeux de la traduction pour co construire une réflexion alternative sur les alternatives, capable de problématiser les savoirs invisibilisés, les silences épistémiques, les absences sémantiques et les incommunicabilités des intraduisibles. L’atelier du Mai 3 avec la participation de deux collègues espagnoles), visera à promouvoir une mise en résonance des savoirs académiques et des écologies des savoirs basée sur la traduction interculturelle, inter-politique et écolinguistique et transculturelle, transfrontalière et transdisciplinaire, comme une alternative à l’apprentissage d’une théorisation mono-culturelle centrée sur les connaissances de l’Atlantique du Nord, et des approches méthodologiques de recherche non impérialistes pouvant contribuer à des sociétés plus justes et responsables basée sur une justice cognitive.

10H00 -12H30 RENCONTRES AVEC LES ETUDIANTS ET ETUDIANTES ET  L’ÉQUIPE DE CHERCHEURS ET CHERCHEURES DU CES DE L’ UNIVERSITE DE COIMBRA ( Portugal)

 

13H00 – 14H30 REPAS
14H30 – 15H30

 

CONFERENCE PAR Maria Paula MENESES, Chercheure, Centre d’études sociales de l’Université de Coimbra ( Portugal)

Les enjeux de la traduction dans les alternatives des alternatives de recherche

 

15 H30- 16 H 00

 

 

 

Juan Carlos GIMENO MARTÍN, Anthropologue, (en ZOOM)

Facultad de Filosofía y Letras, Universidad Autónoma de Madrid (Espagne) Traduction Francis MERINO

 

Des solutions réalistes ? Sahara occidental et Ukraine

 

16H00-16H15 PAUSE
16H00-16H30 Monica CARDILLO, Historienne  du Droit, Université de Limoges (France)

Valorisation des savoirs juridiques en Afrique à travers une approche anthropologique du droit

 

16H30-17H 30 DEBATS ANIMES par Maria Paula MENESES.

 

 

 

LES ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF

 

MERCREDI 4 MAI 2022

Remise du doctorat Honoris Causa à Boaventura de Sousa Santos au Grand Amphi de la Maison de la recherche de l’ Université de Paris 8 par  Madame Annick Allaigre, Présidente de Paris 8, les vice-présidents de Paris 8, des représentants des institutions françaises et portugaises en France, collègues et ami.es.

Un film en accès libre

dès 12 h 30…

 

…A partir de 14 h 30

Cérémonie officielle

 

Diffusion, en accès libre, du Film « Pela Mao » Boaventura De Sousa Santos dans une favela de Rio de Janeiro au Brésil  à partir de 12 h 30 jusqu’à  14 h

Amphithéâtre de la Maison de la Recherche

14 H 30 Cérémonie d’ouverture par Madame Annick ALLAIGRE

Accueil  des représentants des Institutions portugaises en France et de Monsieur Boaventura de SOUSA SANTOS à l’ Université de Paris 8-Vincennes.

CONFERENCE de Madame Jacqueline DESCARPENTRIES

L’Université Coopérative Internationale ( LUCI) : un tiers espace entre  recherches et actions.

DISCOURS INAUGURAL de Monsieur Boaventura de SOUSA SANTOS

Les Epistémologies du Sud dans les traditions critiques du monde

REMISE DU  DOCTORAT HONORIS CAUSA à Monsieur Boaventura de SOUSA SANTOS
  COCKTAIL

LES ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF

JEUDI 5 MAI 2022

La rencontre est organisée autour du concept de santé collective et des contributions des épistémologies du Sud à la décolonisation des expériences, savoirs, idiomes et pratiques du corps, de la souffrance et de la détresse, du soin et de la guérison, de la protection de la vie et du bien vivre dans ses multiples expressions. Partant de l’idée qu’un autre monde de la recherche dans le champ de la santé publique est possible et urgent, il s’agira de mettre en discussion les approches critiques de la santé globale à partir d’un retour sur les potentialités et les limites de ces approches, et des rapports entre santé et formes de vie, résistances et luttes qui visent la domination moderne – capitaliste, colonialiste, patriarcale – sur les corps , les discriminations et exclusions abyssales et non-abyssales, l’invisibilisation, la subalternisation et les pratiques extractivistes que la biopolitique et le biopouvoir mondialisés imposent aux savoirs écologiques. Au centre de ces débats se retrouvent la lutte pour la justice cognitive, sociale, sanitaire et écologique.

 

10H00 -12H30 ATELIER animé par les doctorant.es de l’UMR CNRS Ladyss Paris 8, les chercheurs de la Fondation Oswaldo Cruz du Brésil, du CES de l’ Université de Coimbra, et des représentants des habitants du village de Ngothie au Sénégal 
13H00 – 14H30 REPAS
14H30 – 15H30

 

João ARRISCADO NUNES, Chercheur au Centre d’études sociales de l’Université de Coimbra (Portugal)

De la santé collective à l’écologie des savoirs en santé

15H30-16H30 Paulo Amarante Chercheur au LAPS – FIOCRUZ (en ZOOM)

Président d’honneur de l’Association Brésilienne de Santé Mentale (ABRASME) (Brésil)

De la santé collective aux luttes pour la dignité, les droits humains et la justice cognitive (Traduction Joao Nunès)

16H30-16H45 PAUSE
16H45- 17H45 Marina Tarnowski Fasanello, Chercheure au NEEPES – Fondation Oswaldo Cruz (Brésil) (en ZOOM)

Comment décoloniser les méthodologies de recherche en santé collective ? (Traduction Joao Nunès.) 

18H-18 h30 DEBATS ANIMES par João ARRISCADO NUNES

LES ATELIERS DE LA FIN DE L’EMPIRE COGNITIF

VENDREDI 6 MAI 2022

L’objectif de l’atelier est d’analyser comment les catastrophes et les événements extrêmes mettent à l’épreuve le tissu du social et fragile la notion de citoyenneté. Il s’agira aussi de préciser comment la lutte pour la citoyenneté met en scène différents types de communautés. L’argument principal est que la souffrance et les communautés de souffrance modifient la notion de population, et, qu’il ne peut y avoir de biopolitique et de gouvernementalité de la souffrance. En s’appuyant sur le cadre analytique des Epistémologies du Sud, nous argumenterons comment la ligne abyssale qui définit « les intégrés » et « les jetables » ou « les invisibles » traverse à la fois les logiques de régulation/émancipation et celles d’appropriation/violence qui existent autant dans les « petites colonies» du Nord et que dans le Sud global.

10H00 – 12H30 ATELIER animé par les postdoctorants de Paris 8-Vincennes et les membres du Point sante de la Zac Capec de Mbao à Dakar (Sénégal) et l’association AEADE
13H00 – 14H30 REPAS
14H30 – 15H30 José Manuel MENDES, Chercheur, Université de Coimbra – Centre d’Études Sociales, Coimbra (Portugal)

Citoyenneté et événements extrêmes : communautés et l’imagination d’avenirs alternatifs 

15H30 – 16h00 Gonzalo LIZARRALDE, Chercheur, Université de Montréal, Faculté de l’aménagement – École d’architecture (en ZOOM) (Canada)

Unnatural Disasters : Pourquoi la plupart de réponses aux risques et aux changements climatiques échouent et certaines réussissent?

16H00-16H15 PAUSE
16H15 – 17h15 Norma VALENCIO, Chercheure, Université Fédéral de São Carlos (UFSCar – Brésil), (en ZOOM)  – Traduction José Mendès

A contribuição dos conhecimentos híbridos nas lutas e resistências contra o pensamento colonizado em desastres: o caso brasileiro/ L’apport des savoirs hybrides dans les luttes et la résistance contre la pensée colonisée sur les catastrophes : le cas brésilien

 

16H30 – 17H30 DEBATS ANIMÉS PAR JOSÉ MANUEL MENDES
17H30-18H00 CLOTURES DES ATELIERS ET PERSPECTIVES PAR JACQUELINE DESCARPENTRIES

 

PROGRAMMATION DES LIENS ZOOM POUR LA SEMAINE DU 2 AU 6 MAI

Début des travaux à 14 h 30 tous les après-midis sauf mercredi 4 mai  ( Remise du Doctorat Honoris Causa à Boaventura de Sousa Santos)

Jeudi 5 et vendredi 6 rendez-vous à 10 h puis à 14 h 30

 

Lundi  2 mai 2022  à partir de 01:00 PM Paris

Participer à la réunion Zoom

https://univ-paris8.zoom.us/j/98813896393?pwd=Sy84V0xGRkVvcWF1OG8vU2RxUXBwZz09

ID de réunion : 988 1389 6393

Code secret : 051476

Mardi  3 mai 2022 à partir de  01:00 PM Paris

https://univ-paris8.zoom.us/j/98094611267?pwd=MExDVEFydGxVY2tBWHdIcy9kbFlvUT09

ID de réunion : 980 9461 1267

Code secret : 174493

Jeudi  5 mai 2022  à partir de 09:30 AM Paris

https://univ-paris8.zoom.us/j/99331253622?pwd=SlRxcEQzaVA4Vkx2Sk9zcnErWXZBZz09

ID de réunion : 993 3125 3622

Code secret : 172145

Jeudi  5 mai 2022  à partir 01:00 PM Paris

https://univ-paris8.zoom.us/j/94646374182?pwd=NkZvQTJpaVVWVko3enRNdElkVUdqQT09

ID de réunion : 946 4637 4182

Code secret : 562189

Vendredi 6 mai 2022 à partir de 09:30 AM Paris

https://univ-paris8.zoom.us/j/95716130560?pwd=ZEpEYWlOdWJ2WWQzK1d5SWUvR05TUT09

ID de réunion : 957 1613 0560

Code secret : 043082

Vendredi  6 mai 2022 à partir de 01:00 PM Paris

https://univ-paris8.zoom.us/j/92812112067?pwd=Mk1tNjY4UnNMR0drVnA2TkNLUE1NQT09

ID de réunion : 928 1211 2067

Code secret : 889926

 

Colloque Jacques Wallet et les technologies éducatives à l’Université de Rouen, dimensions nationales et internationales ?

Jacques Wallet, Professeur émérite en sciences de l’éducation à l’université de Rouen et grande figure de la recherche sur les technologies en éducation et en formation à distance nous a quittés il y a bientôt deux ans, le 18 juin 2020. Des hommages lui ont déjà été rendus dans des revues scientifiques comme DMS / DMK ou encore Frantice.net.
Les 31 mai et 1er juin, le laboratoire CIRNEF organise une conférence d’une journée et demi en hommage à notre collègue Jacques.
La première journée sera consacrée au départ à des aspects parfois méconnus de sa carrière, notamment en tant que jeune enseignant d’Histoire Géographie innovateur en lycée puis à l’IUFM de Versailles et à la fois concepteur et usager d’audiovisuel pédagogique. Il a aussi répondu à de nombreuses sollicitations institutionnelles, notamment concernant l’évaluation de dispositifs pour le Ministère de l’Éducation ou encore des collectivités territoriales. Il a également contribué au développement d’un enseignement aux technologies éducatives au Liban qui ne se limite pas aux aspects purement technologiques, comme c’est souvent le cas.
Enfin, de son expérience de coopérant en Afrique il aura gardé une passion pour ce continent et a tout au long de sa carrière été un acteur important de la francophonie dans le domaine des technologies éducatives. Une première table ronde présentera un échantillon des principales actions auxquelles il a participé pendant sa carrière.
La seconde journée sera basée autour de 3 thèmes qui ont jalonné son parcours professionnel.
Le premier fut sa contribution dans le développement de l’enseignement à distance au travers de la mise en place au début des années 2000 du Campus numérique FORSE, partenariat entre les Universités de Rouen et Lyon 2 et le CNED. Ce campus après plus de 20 ans d’existence a contribué à la formation de plus de 20 000 étudiants en sciences de l’éducation au travers de formations allant de la L3 aux Master.
Une seconde thématique sera développée autour de l’action de Jacques Wallet dans le développement des technologies éducatives au niveau de la Francophonie et principalement au travers du réseau Resafad.
Enfin, la dernière thématique de cette seconde journée concernera la contribution de Jacques Wallet à la réflexion autour de l’évolution des technologies éducatives dont il fut l’acteur et l’observateur.
Renseignements : https://colloquejwallet.sciencesconf.org/
herve.daguet@univ-rouen.fr
Jacques.beziat@unicaen.fr
Inscription gratuite obligatoire :
https://shs-enquetes.univ-rouen.fr/index.php/553787?lang=fr

JOURNÉE D’ÉTUDES. PLURILINGUISME EN CONTEXTE CARIBÉEN : OPPORTUNITÉS, ENJEUX ET DÉFIS.

PRÉSENTATION

Parler deux ou plusieurs langues est le quotidien des trois quarts des habitants de notre planète (Garcìa, 2009). Pourtant, cette réalité a été longtemps occultée par des politiques linguistiques centrées autour d’un monolinguisme national. Le constat que nous offrent les linguistes et les sociolinguistes est le suivant : au fil du temps, des centaines de langues disparaissent, succombant à la pression d’autres langues occupant leurs espaces par des processus complexes d’expansion culturelle, politique ou économique. D’autres facteurs comme la migration et les déplacements forcés des populations influent également sur l’existence des langues. Dans la région Caraïbe, un défi majeur a été le faible statut des langues créoles et la réticence de la société à admettre ces langues dans les classes (Youssef, 2010).

Mais, les enjeux du monde globalisé ont eu un impact certain sur la perception du plurilinguisme et du contexte multilingue ainsi que sur les modes de communication à la fois locale (souvent multilingue) et globale (instantanée et standardisée) (King, 2018; Castells, 2000). Dans le monde moderne, le monolinguisme n’est plus une force, mais un handicap et l’individu plurilingue devient un atout économique et social majeur. Les organisations intergouvernamentales, notamment les Nations Unies, l’Union éuropéenne et le Conseil d’Europe ont souligné à plusieurs reprises les avantages des politiques linguistiques inclusives : elles promeuvent la cohésion sociale, agissent contre la discrimination, valorisent la diversité, protègent les droits des minorités et apaisent les tensions (UNESCO, 1977). A l’échelle mondiale, de nouvelles innovations technologiques et pédagogiques autour des langues et de leur apprentissage se développent et de nouveaux espaces de réflexion et de recherche se créent dans le but d’explorer les problématiques liées aux langues, à la diversité linguistique, à l’inclusion des personnes et des groupes linguistiques et aux enjeux du bi-plurilinguisme dans le monde d’aujourd’hui et de demain. 

Cette journée d’étude s’intéresse particulièrement aux enjeux du plurilinguisme (natif, précoce ou tardif) dans le contexte caribéen et aux innovations autour des langues et de leur apprentissage. Elle s’organise autour d’une matinée de présentation de travaux issus de la recherche et d’un après-midi consacré aux ateliers de présentation des outils, ressources et stratégies didactiques. Grâce à cette double perspective (qui vise à la fois la divulgation scientifique et la professionnalisation), cette journée pourra intéresser non seulement les chercheurs mais aussi les professionnels et les étudiants dans le domaine des métiers de l’enseignement, l’éducation et la formation.

 

Références bibliographiques

 

Castells, Manuel (2000). The information Age. The rise of the network society, Oxford: Blackwell.

García, Ofelia (2009). Bilingual Education in the 21st Century: A Global Perspective. Malden, MA and Oxford: Basil/Blackwell.

King, Lid (2018). The Impact of Multilingualism on Global Education and Language Learning. Cambridge Assessment English, UCLES

UNESCO. (1977). Education in a multilingual and multicultural context. Paris: Bureau international d’éducation – UNESCO

Youssef, Valérie (2002). Issues of Bilingual Education in the Caribbean: The Cases of Haiti, and Trinidad and Tobago, International Journal of Bilingual Education and Bilingualism, 5:3, 182-193.

ORGANISATION

 

 

  

Comité organisateur
  • Maurizio Ali (INSPE de Martinique)
  • Lucy Christine (INSPE de Martinique)
  • Shiba Bouaille (Université des Antilles)
  • Jobie Emmanuel-Emile (INSPE de Martinique)
  • Nico Dicuonzo (stagiaire ERASMUS+, Università di Napoli L’Orientale)
 
Comité scientifique
  • Sophie Alby (Université de la Guyane)
  • Elisabeth Regnault (Université de Strasbourg)
  • Isabelle Léglise (CNRS)
  • Solange Ponidja (Université de Nouvelle Calédonie)
  • Dominique Groux (Université des Antilles)
 
Se rendre à l’INSPE de Martinique:

PROGRAMME

Programme de la journée d’études 26 avril 2022

Matinée.

Le plurilinguisme en contexte: identités, revendications et contraintes.

9:00 – 9:10 Accueil café et ouverture de la journée.

9:10 – 9:20 Bertrand Troadec – Directeur de l’INSPE Martinique Mot de bienvenue.

9:20 – 9:30 Zephrine Royer Présentation de la journée.

9:30 – 10:10 Bruce Jno-Baptiste (Université des Antilles). Plurilinguisme et identité dans le contexte Caribéen.

10:10 – 10:50 Sophie Alby (Université de la Guyane). Contexte plurilingue en Guyane française.

10:50 – 11:20 Pause café.

11:20 – 12:00 Maurizio Alì (Université des Antilles) Anthropologie du plurilinguisme : perspectives ultramarines.

12:00 – 12:40 Sophie Barnèche (Université des Antilles). Plurilinguisme et didactique.

12:40 – 14:00 Pause déjeuner Après-midi. Plurilinguisme : se former et s’outiller.

14:00 – 15:00 Atelier 1 – Manuella Antoine. Formation des enseignants et la didactique du plurilinguisme en contexte Caribéen.

15:00 – 15:15 Pause café.

15:15 – 16:15 Atelier 2 – Cédric Ramassamy /Canopé Apprendre et enseigner en contexte plurilingue: outils didactiques et ressources pédagogiques.

16:15 – 16:30 Zephrine Royer – (Université des Antilles). Clôture de la journée.

Comment les enseignants aménagent-ils/elles le « tournant inclusif » de l’école ?

Lien : https://cnrs.zoom.us/j/92319698724?pwd=bVlyMlhLMDVyWkVxdTZqOFJIRXB4Zz09 ID de réunion : 923 1969 8724
Code secret : Xi4H7y

14h. Accueil des participants, présentation de l’axe et de la journée (H. Buisson-Fenet et X. Pons) 14h15-15h45. Regards croisés : « Les enjeux de la formation aux handicaps des enseignants et des

accompagnants scolaires en France : curricula et professionnalisation »

o Philippe Mazereau (CIRNEF, U. de Normandie) : « Inclusion scolaire et professionnalités enseignantes : mise en perspective et actualités »

o Catherine Dorison (U. Cergy-Pontoise) : «Des formations d’enseignants spécialisés à la formation de tous les enseignants à des pratiques inclusives : problèmes et enjeux »

15h45-16h. Pause
16h-17h30. Table ronde : « Gérer la classe avec ou sans le diagnostic ? »

o VincentBernier(UQAM,Canada)
o Marie-ChristineBrault(UQAC,Canada)
o AliceGomez(ISCMarcJeannerod,France) o MickaëlJury(Acté,France)
o PhilippeTremblay(U.Laval,Canada)

Séminaire AMPIRIC : La réalité augmentée pour développer le raisonnement scientifique des élèves

Les mécanismes fondamentaux liés au raisonnement et des pistes d’intervention en classe. Exemple du projet de recherche partenariale Labo’RA.

Dans un premier temps, Grégoire Borst explicitera les mécanismes fondamentaux liés au raisonnement et des pistes d’intervention en classe.
Dans un second temps, Jérémy Castera et Clémence Rougeot présenteront Labo’RA, un projet de recherche partenariale avec l’entreprise Foxar, lauréat du Creativlab 2021, visant à mesurer l’impact de l’usage d’un outil de réalité augmentée sur le raisonnement scientifique des élèves.
Enfin, durant un temps d’échanges, les apports de la didactique des sciences et de la psychologie du développement permettront d’enrichir la réflexion sur l’élaboration du raisonnement scientifique des élèves.

2ème séminaire « Les jeudis du Grhapes » de l’INSHEA du 10 février 2022 sur l’Inclusion

Prochain Séminaire du Grhapes – INSHEA

Thème : « La télé-présence mobile au service des enfants malades et empêchés de se rendre en classe ».
Date : Le 10 février 2022
Heure : De 14h à 16h
Lieu : À distance via zoom.
Intervenants :
– Laurent Gallon, MCF, HDR e Sciences de l’Informatique, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
– Françoise Dubergey, Enseignante – coordonnatrice APADHE,
Préinscription obligatoire. Pour vous inscrire :
1ère étape : Veuillez cliquez sur le lien et remplissez le formulaire.

https://portail.inshea.fr/Konosys/PC_MV_login.aspx?CONNECTION_ANONYMOUS=anonymous&ReturnUrl=%2fKonosys%2finterfaces%2finterface_deposer_demande_renseignementManifiestation.aspx%3fid_Manifestations%3d55&id_Manifestations=55&langue=fr

2ème étape : cliquez sur « Enregistrer » pour soumettre votre préinscription.
(Une fois ces étapes franchies, vous recevrez le lien de connexion au séminaire).

Colloque « la formation à distance, résolument ? Modalités, enjeux, ouvertures et perspectives »

Le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED) à travers son École d’ingénierie de la formation à distance (EIFAD), la revue scientifique Distances et médiations des savoirs (DMS) et l’université britannique The Open University organisent un colloque international bilingue sur les enjeux et les perspectives de la formation à distance pendant et après l’épidémie de covid-19 : La formation à distance, résolument ? Le colloque aura lieu en ligne les 20 et 21 octobre 2022.

Journées d’étude évaluation – L’évaluation dans la formation et dans les éducations à, de la mesure à la problématisation du sens.

1. Les travaux en évaluation de l’équipe aixoise

Depuis 1997, avec les travaux de Jean Jacques Bonniol et de Michel Vial, l’équipe aixoise a identifié trois grands modèles instruits successivement par l’histoire de l’évaluation : la mesure des produits, la gestion des procédures et la problématisation du sens de ce qui est dit et de ce qui est fait.
Dans cette perspective, mesurer consiste à déterminer avec une échelle numérique ou ordinale et à partir d’un catalogue de critères, le degré de conformité d’un produit réalisé par l’élève ou par le formé, avec le produit attendu par l’enseignant, le formateur ou par une institution. Le produit peut prendre plusieurs formes : orale, écrite, plastique, musicale, sportive, action ou activité professionnelles…, individuelle ou collective, matérielle ou immatérielle. Mais mesurer ne signifie pas seulement évaluer un produit réalisé. Plus récemment, ce sont aussi des objets assez inapparents comme les capacités et les compétences qui sont évalués, à partir de la comparaison entre produit réalisé et produit attendu. Les recherches en psychométrie, en édumétrie et en docimologie sont issues du modèle de la mesure.

Le deuxième grand modèle s’attache à la gestion : « gouverner au mieux, avec économie, diriger, contrôler le fonctionnel, maîtriser l’organisationnel […] « optimaliser », accroître le rendement » (Vial, 2012) afin d’améliorer les procédures de l’élève ou du formé, le fonctionnement de l’enseignant ou du formateur, et le système d’enseignement ou de formation (moyens, programmes, projets). Or l’évaluation est essentielle dans toute activité de gestion en ce qu’elle constitue le coeur du processus de régulation d’un système. Elle est à l’oeuvre dans la prise d’informations sur la situation, dans la confrontation avec les attendus et par suite, dans l’anticipation, la mise en oeuvre et l’appréciation d’une action régulatrice. L’évaluation par les objectifs, l’évaluation des dispositifs, des programmes et des projets, l’évaluation pour le conseil, les évaluations formative et formatrice et enfin l’évaluation-régulations sont les recherches produites par le modèle de la gestion.

Le troisième grand modèle que Vial en 2012 appelle évaluation située, est celui de l’intelligibilité des situations par la problématisation. Il s’agit de rechercher et questionner le sens de ce qui est dit et de ce qui est fait en situation d’éducation et de formation. Trois phases participent de la problématisation et l’évaluation y est chaque fois présente : le repérage et l’identification de ce qui fait problème ; la construction du problème par la centration sur la compréhension, la définition et la détermination des données et des enjeux, le questionnement de la hiérarchisation des valeurs, l’installation d’un débat de normes avec discussion, argumentation ; la quête d’une(des) réponse(s). Ce modèle s’est intéressé aux dispositifs de reconnaissance des savoirs non formels ou expérientiels comme la VAE, à l’accompagnement, à l’analyse et évaluation des pratiques, à l’identification des gestes professionnels et à l’évaluation par compétences.

2. L’évaluation dans la formation et dans les éducations à

S’il est relativement aisé pour les enseignants de mesurer l’acquisition des savoirs disciplinaires, d’organiser et de réguler à partir d’eux des situations d’enseignement, il n’en est pas toujours ainsi. Barthes (2018) remarque que dans les éducations à, les enseignants évaluent la qualité du power-point de restitution du projet ou la qualité orale de présentation du travail des élèves, et pas vraiment les apprentissages. De la même manière, dans une étude sur les pratiques d’enseignement des transitions et de l’agroécologie, Peltier (2021) note que le projet prend le pas sur les apprentissages et que par conséquent l’évaluation des acquis des étudiants n’est pas suffisamment réfléchie et aboutie. Pourquoi cette difficulté se répète-t-elle ? Si le projet prend le pas, mentionne-t-il, c’est que les enseignants laissent vacante la place de l’évaluation des apprentissages parce qu’ils ont des difficultés à identifier les savoirs étudiés. Au contraire des savoirs disciplinaires qui sont facilement repérables, les savoirs relatifs aux éducations à ont des caractéristiques qui rendent plus difficile leur identification : ce sont des « mix de savoirs et de valeurs », valeurs qui nous habitent au plus profond de nous-mêmes d’une manière chaque fois particulière, ces savoirs sont construits en interdisciplinarité et nécessitent une collaboration entre enseignants et parfois même avec d’autres professionnels. Il apparait ainsi que la spécificité des savoirs relatifs aux éducations à, questionnent la mise en oeuvre de l’évaluation comme mesure des acquis, mais aussi de l’évaluation comme amélioration des procédures de l’élève ou du formé, du fonctionnement de l’enseignant ou du formateur, et du système d’enseignement ou de formation (moyens, programmes, projets).
Plusieurs questions pourront alors être abordées lors de ces journées d’étude, qui concernent les éducations à l’environnement, au développement durable, aux médias et à l’information, à la transition, aux valeurs, à la citoyenneté, aux arts, à la sécurité routière, à l’éducation morale et civique, à la paix, à la gestion des agro-systèmes, à la santé, à la sexualité, à l’acceptabilité des queers…
Quelle est la spécificité de l’évaluation des éducations à, notamment par rapport à l’évaluation des disciplines ? Par exemple, comment évaluer les savoirs relatifs aux éducations à, ce « mix de savoirs et de valeurs » ? Comment évaluer la « prise en soi » des valeurs chez les élèves, les étudiants, les enseignants ? Dans cette perspective, comment évaluer les situations d’enseignement et l’activité des enseignants ? Comment les élèves, étudiants et enseignants peuvent-ils exercer l’auto-évaluation ? Quelles collaborations entre enseignants de disciplines différentes, entre enseignants et autres professionnels, pour déterminer les savoirs étudiés ? Quelles situations authentiques peuvent simuler les activités que les élèves et étudiants seront amenés à entreprendre dans leur vie extra et postscolaire ? Comment les enseignants les conçoivent-ils ? Comment les problématisent-ils ? À l’aide de quels outils intellectuels ?

3. Le déroulement prévu des journées d’étude

Trois demi-journées organisées en trois ateliers
Chaque animateur décide du nombre de communications et de l’agencement
Une table ronde doit obligatoirement être prévue à la fin
Tous les participants assistent à tous les ateliers
Les communicants sont désignés

L’évaluation dans la formation et dans les éducations à : de la mesure à la problématisation du sens.
8 et 9 décembre 2021
Aix Marseille Université, ADEF, SFERE, Marseille, France

Mercredi 8 décembre matin 9h

Ouverture Journées d’Etude, Nicole Caparros-Mencacci

Pascal Terrien, Directeur SFERE Christine Poplimont, Directrice ADEF Pascale Brandt-Pomares, Directrice INSPE

Atelier évaluation des éducations aux arts
Animateur : Pascal Terrien Début : 10h

Eric Tortochot et al. (UR ADEF-GCAF, France)
« Le rapport des élèves à l’évaluation dans trois situations d’enseignement des arts appliqués »
Mercedes Baugnies et al. (UR ADEF-GCAF, France)
« L’évaluation dans le cadre d’un projet de tutorat entre étudiants parfumeurs-aromaticiens de l’Ecole supérieure des Parfums de Grasse »
Christophe Massy (HEP Vaud, Suisse)
« Mesure de la créativité en activité créatrices et manuelles à l’aide d’outils existants (EPOC, Rosemberg), de réelles perspectives. »

Repas pause

Mercredi 8 décembre après-midi
Atelier évaluation des éducations aux arts
Animateur : Pascal Terrien

Reprise 13h45

Sandrine Eschenauer et al. (UMR LPL, France)
« L’A/R/Tographie : pour une évaluation sensible de la cognition incarnée »
John Didier et al. (UE recherche et didactiques des arts, Suisse)
« Evaluation du processus créatif des élèves dans l’enseignement du design textile »
Sabine Chatelain et al. (HEP Vaud, Suisse)
« Evaluation des apprentissages dans les disciplines artistiques en formation des enseignants en Suisse romande »

Café pause

Laurence Espinassy et al. (UR ADEF-GCAF) « Enjeux historiques et nouvelles perspectives de l’évaluation en arts plastiques »
Philippe Hentzen CEREP (EA 4692). « La régulation didactique des pratiques vocales des élèves au collège en éducation musicale »

Synthèse table-ronde : Pascal Terrien, John Didier, Sandrine Eschenauer et Laurence Espinassy

Jeudi 9 décembre 9h
Atelier évaluation des éducations à
Animateur : Angela Barthes

Poplimont, C., Ferrari, V. & Renaudeau, B. :
« Le rôle de l’auto-évaluation dans l’acquisition de compétences méta-cognitive. Le cas de la formation des pilotes de l’Armée de l’air et de l’espace »
Chauvigné, C. & Fabre, M. :
« Des « éducations à » aux problèmes pernicieux : repères pour une éducation au politique à l’école. »
Roth, X. : « Doit-on pratiquer des évaluations dans le champ des « éducations à » » ?

Café pause

Peltier, C. & Mayen, P. : « Enseigner avec un objet pédagogique territorialisé pour apprendre l’agroécologie et les transitions – savoirs- instruments en jeu et jeu de savoirs-instruments ? »
Tourmen, C., Simon, M. & Caparros-Mencacci, N. :
« un cadre pour évaluer les éducations à : le cas du projet GRAPHITE »

Repas pause

Jeudi 9 décembre après-midi : reprise 13h30
Evaluation des éducations à
Animateur : Xavier Roth

Lefrançois, E., Lange, J-M. & Barthes, A. : « Pistes vers une évaluation des dispositions à une démarche de territoire apprenant, dans le contexte One Health »
Dodet, K & Caparros-Mencacci, N. : « une analyse des difficultés d’évaluation des acquis des élèves au baccalauréat en éducation à la santé »

Table ronde- synthèse : Pascal Terrien, Jean Marc Lange, Patrick Mayen et Nicole Caparros-Mencacci

En savoir plus : https://etudeeval.sciencesconf.org/

Journée d’étude – Transmission de la danse et éducation : états des lieux des recherches en danse entre France et Québec 2010-2021

le 08/11/2021 de 14h00 à 20h00 en distanciel via Zoom (inscription gratuite mais obligatoire jusqu’au 5 novembre 2021)

Public cible de l’événement : Etudiants et chercheurs

Quels cadres épistémologiques et méthodologiques pour éclairer quelles dimensions de la transmission de la danse ? Pour quels résultats ? Etats des lieux France-Québec

Depuis une décennie, la compréhension de la transmission de la danse en éducation a été nourrie par la recherche. Longtemps réservée aux questions esthétiques ou poétiques, la danse est désormais un objet d’étude pluridisciplinaire et les questions de transmission sont éclairées par des approches didactiques, pédagogiques, ergonomiques, psychologiques, etc.

Cette journée d’études a pour vocation de proposer un état des lieux de ces approches et ce autour de deux questions : Quels cadres épistémologiques et méthodologiques pour éclairer quelles dimensions de la transmission de la danse ? Pour quels résultats ?

Une dizaine de chercheures, françaises et québécoises, aux apports majeurs à la compréhension des différentes facettes de la transmission de la danse seront réunies pour échanger sur les enjeux passés et futurs de la recherche en danse.

Conférencières :
  • Alexandra Arnaud-Bestieu (AMU)
  • Hélène Duval (UQAM)
  • Marie-France Fanton-Bayrou (Université de Bordeaux)
  • Nicole Harbonnier (UQAM)
  • Elisabeth Hould (UQAM)
  • Lucile Lafont (Université de Bordeaux)
  • Virginie Messina (Université de Reims)
  • Caroline Raymond (UQAM)
  • Joëlle Vellet (Université de Nice)

Porteur du projet : Alexandra Arnaud-Bestieu – MCF INSPE AMU

Informations et inscriptions : https://sfere.hypotheses.org/19157

ECOLE DE LA FRACTURE OU ECOLE DE LA CULTURE ? Les savoirs au centre du débat

Aborder collectivement une question peu posée dans le débat ordinaire sur l’éducation, ni au plan politique, ni par les praticiens, ni par les citoyens, ni même souvent par les chercheurs : celle des contenus scolaires et de ce que l’école est censée enseigner et faire apprendre.